Appel urgent à l’action pour protéger les aînés du Nouveau Brunswick

Commentaire de Paula Doucet, présidente du SIINB

Comme la plupart des Canadiens, le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau‑Brunswick est profondément troublé par les constatations des Forces armées canadiennes pendant le déploiement récent de soldats dans plusieurs foyers de soins de longue durée au Québec et en Ontario.

Pendant plus de dix ans, le SIINB, conjointement avec d’autres syndicats infirmiers provinciaux, a fait connaître les préoccupations des infirmières et infirmiers immatriculés travaillant dans le secteur  des soins de longue durée. Durant cette période, les gouvernements ont été prévenus à de multiples reprises des problèmes importants concernant les normes de soins, le financement, les salaires et les heures de travail dans les foyers de soins de longue durée, surtout dans les établissements privés à but lucratif (PPP).

Le rapport des Forces armées canadiennes publié récemment a porté à l’attention du public ces conditions déplorables d’une façon qui, nous l’espérons, mobilisera enfin les décideurs et les incitera à agir.

Disons‑le clairement. Ces conditions sont directement liées à des décennies où le profit avait préséance sur le bien‑être des gens.

Environ 80 % des décès liés à la COVID-19 au Canada sont survenus dans des établissements de soins de longue durée. Le refus  d’assumer la responsabilité de la longue crise dans les soins de longue durée au pays persiste depuis trop longtemps. Le coût est calculé en fonction des pertes de vie.

Laissons de côté les querelles sur les compétences fédérales, provinciales et territoriales. Relevons nos manches et attaquons enfin ces problèmes de longue date.

La situation dans les soins de longue durée est urgente. Des 14 pays sondés pendant la pandémie actuelle, le Canada compte le plus haut taux de décès chez les aînés. Le Canada a aussi un des plus hauts taux d’infection à la COVID-19 chez les travailleurs de la santé, dont plusieurs travaillent dans le secteur des soins de longue durée.

Même si les établissements de soins de longue durée à but lucratif, sans but lucratif et municipaux sont tous susceptibles de connaître des éclosions de maladie, les études révèlent que les foyers gérés par le gouvernement et sans but lucratif ont mieux réussi que les établissements à but lucratif à contenir de telles éclosions et à prévenir des décès. C’est que, pour les établissements de longue durée à but lucratif, les soins de longue durée ne consistent pas à promouvoir la santé et le mieux‑être des résidents et des prestataires de soins, mais de gonfler les bénéfices nets et de verser des dividendes aux actionnaires. La différence dans ces deux approches est littéralement une question de vie ou de mort pour les Canadiens aînés.

Le gouvernement fédéral et le gouvernement du Nouveau‑Brunswick ont démontré à de nombreuses reprises pendant la présente pandémie leur capacité à assumer de nouvelles responsabilités, au besoin, pour réduire les effets de la COVID-19.  La semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé une nouvelle politique très nécessaire visant à accorder dix jours de congés de maladie payés aux travailleurs partout au pays. Nous vous exhortons à continuer d’adopter de telles solutions inédites pour réagir efficacement à la crise dans les soins de longue durée au Canada.

En collaboration avec la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII), le SIINB demande au gouvernement de prendre immédiatement les mesures suivantes :

  • Intégrer les soins de longue durée au Canada au système de santé public et les réglementer selon les principes fondamentaux de la Loi canadienne sur la santé;
  • Retirer les entreprises privées à but lucratif du secteur des soins de longue durée;
  • Exiger des niveaux de dotation adéquats et des protections pour les travailleurs en matière de santé et de sécurité;
  • Adapter les salaires et les avantages sociaux des travailleurs des soins de longue durée à la valeur du travail qu’ils accomplissent.

Aujourd’hui, environ 400 000 aînés vivent dans des maisons de retraite et des foyers de soins de longue durée au Canada. Comme pays, nous devons assumer  une responsabilité collective pour les résidents de ces foyers et pour leur expérience pendant la pandémie de COVID-19. Comme pays, nous devons faire des choix différents pour changer cette réalité tragique. Des normes nationales et la responsabilisation sont  depuis longtemps attendues. Le profit doit être supprimé du secteur des soins de longue durée.

Depuis deux ans, le SIINB étudie les conditions dangereuses dans le secteur des soins de longue durée au Nouveau‑Brunswick. Les résultats de cette recherche seront publiés dans un rapport intitulé La génération oubliée qui sera rendu public en septembre. Le rapport contient 38 recommandations visant à réformer notre système défaillant.

_____________________________________________________________________________________

Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau‑Brunswick (SIINB), une organisation syndicale, représente environ 6 900 infirmières et infirmiers immatriculés, et infirmières et infirmiers praticiens qui travaillent dans les divers établissements de soins de santé au Nouveau‑Brunswick. Ensemble, nous sommes une voix forte et unifiée.